Histoires de cyclecaristes : les papiers

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Autoroute A9 entre Nîmes et Montpellier, Dimanche dernier, pluie battante, Amilcar sur le plateau. Je m'aperçois que j'ai les papiers de la voiture "moderne", mais ni ceux de la remorque, ni ceux de l'Amilcar. Bah... nous verrons bien si je croise un contrôle. 

 

Viaduc de Millau sous la bruine. A la sortie du péage, autant de bonshommes et de bonnes femmes portant gilet fluorescent que de voies ouvertes. Ce sont des douaniers et des douanières (il faut bien les occuper à quelque chose maintenant que nous n'avons plus de frontières en Europe). Mon douanier est une douanière.

- Bonsoir Monsieur, d'où venez-vous ?

- De Carpentras

- Cette voiture est-elle  à vous (en montrant l'Amilcar) ?

- Oui

- Très bien, vous pouvez y aller.


Je suis reparti avec le sourire en me disant que la vie serait bien plus simple s'il suffisait de répondre par oui ou non à des tas de questions qu'on nous pose régulièrement au bord des routes, telles que : Avez-vous le permis de conduire, votre voiture est-elle assurée, à jour de son contrôle technique, etc... sans avoir à chercher des papiers, des papiers, des papiers...

Et encore plus simple s'il suffisait de répondre à toutes les autres sortes de contrôles par : Non, je ne roulais pas au-dessus de la vitesse limite, non je n'ai pas consommé d'alcool, non je ne téléphonais pas non plus, et oui, je suis équipé des gilets et du triangle et j'ai même collé une médaille de Saint-Christophe sur le tableau de bord.


Mais c'était juste un rêve, le temps d'un bref assoupissement (en roulant bien sûr, car ils n'ont pas encore trouvé le moyen de contrôler ça), sur l'autoroute A9, entre Nîmes et Montpellier, un Dimanche d'hiver.

Commenter cet article