Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bugatti Brescia type 23

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Devant une telle beauté, on s'incline en silence, non ?

 

Bugatti Type 23 Brescia 2

Publié dans Galerie de cyclecars

Partager cet article

Repost 0

Amilcar CV

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Rare et intéressant exemplaire d'une Amilcar CV de 1922. Il s'agit d'un modèle intermédiaire entre le CC de l'année précédente et le CS qui sera présenté au Salon 1923. Cylindrée augmentée de 900 à 980 cc (le CS dépassera le litre), poids inférieur à 350 kg, il est le deuxième cyclecar de la marque. 


 Détail remarquable entre autres sur cet exemplaire, il a conservé sa paire de phares dissymétriques, le droit à verre lenticulé pour éclairer loin, doublé d'un phare d'appoint, et le gauche à verre lisse pour ne pas éblouir l'automobiliste d'en face.


Cette adorable auto était visible au Musée Automobile de Vendée il y a quelques années. Y est elle toujours ?

 

Amilcar CV

Publié dans Galerie de cyclecars

Partager cet article

Repost 0

Histoires de cyclecaristes : rien ne sert de partir à temps, il suffit de courir

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Au départ de la bourgade de Lozère que nous avions choisie pour base ce week-end là, Henri n'était pas spécialement en avance sur l'horaire. La journée allait être longue et sa destination était le sommet du Mont Aigoual. Il avait avalé en vitesse une tasse de café, retiré la bâche qui avait couvert le Darmont pour la nuit et, parti bon dernier, avait "attaqué" dès les premiers virolos. Las, la couronne d'entraînement de l'unique roue motrice du trois roues s'enroula autour de son axe dans le claquement sec d'un acier qui avait décidé de ne pas résister à un effort aussi violent que matinal.

Beaucoup auraient abandonné mais notre homme, lui, avait vu un garage un peu plus bas sur la route. Il tourna le Darmont dans le sens de la descente, atteignit le garage en roue libre (ô combien) et y laissa glisser sa monture sous le regard médusé des mécanos dont l'ordinaire était constitué de Clio, de Picasso, voire de 2 CV pour les plus anciennes.  Il leva l'arrière de l'auto sur un cric, constata immédiatement les dégâts et demanda qu'on lui prête un poste à souder. Il remit prestement la couronne en place, et roule ma poule.

Au premier arrêt à Saint-Jean du Gard, 90 km plus loin, il avait rejoint la meute. Alors qu'il rangeait le Darmont, un papi qui le suivait depuis un moment lui jeta, inquiet : "Vous avez vu les gerbes d'étincelles ?". Henri n'avait rien vu, bien entendu. Il se pencha sous l'auto. Pfuit... une bricole, un détail, juste le câble de batterie sectionné, une broutille : les magnétos n'ont pas besoin d'électricité et le réservoir du Darmont est à l'avant. Un domino et l'affaire était réglée.

Dans l'après-midi, le Darmont était le premier à atteindre le sommet de L'Aigoual, à 1565 m disent les géographes.

 

Partager cet article

Repost 0

Histoires de cyclecaristes : la contravention

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Ils en ont vu, les cyclecaristes, ils en ont fait voir, et ce n'est pas fini. Dans cette rubrique, ils raconteront leurs histoires, celles d'hier et celles d'aujourd'hui, celles qui les ont fait rire et celles qui les ont fait grimacer (mais pour finalement en rire, toujours). Des histoires historiques, mécaniques, sociologiques (si !), des histoires comiques, gastronomiques et touristiques, des histoires en -ique à faire la nique.

La première vient de Belgique, nous sommes dans les années 60.

Eugène venait d'acheter son Amilcar CGSS flambant vieille, il l'avait méticuleusement décrottée, cosmétiquée, ripolinée et grâce à sa débrouillardise et ses relations avait trouvé un astucieux moyen de payer les traites de sa nouvelle acquisition : la louer pour le cinéma. Il se souvient encore du tournage de la scène et de ce détail : dans les studios de cinéma, les murs ne sont pas plats, mais courbes, comme la pointe de l'Amilcar en somme. La scène une fois dans la boîte, la nuit est tombée. C'était l'hiver et il s'est mis à neiger. Prudemment, Eugène s'était fait accompagner par son épouse qui le suivait dans sa voiture "moderne".

Un carrefour, un feu, l'équipage s'arrête réglementairement et surgissent alors deux policiers non moins réglementaires qui non moins règlementairement demandent : "Papiers". Eugène sort de la poche de son blouson permis de conduire et autorisation de circuler (la carte grise belge), tout en regardant d'un œil inquiet un des deux pandores faire le tour de la voiture. Inquiétude justifiée, puisqu'au terme de son inspection tombe le verdict : "Votre automobile n'est pas équipée d'essuie-glaces, c'est dangereux et surtout illégal".

Notre cyclecariste fut pris d'un irrépressible fou-rire qu'il contrôla du mieux qu'il put. Il tenta d' expliquer que l'Amilcar CGSS présentée au salon de Paris en 1926 était équipé d'un saute-vent tôlé remplaçant avantageusement le pare-brise, et que sans pare-brise, les essuie-glaces étaient inutiles, mais rien n'y fit. La discussion se prolongea pourtant, assez longtemps pour qu'Eugène, ayant ostensiblement jeté un coup d'œil sur le thermomètre de d'eau, finisse par lâcher : " Ecoutez, mon moteur chauffe, alors, d'accord, finissons-en, dites-moi combien je vous dois".

Il paya ainsi le montant de la contravention et reprit sa route.

De retour à la maison, son épouse, peu habituée de sa part à de telles capitulations, même devant un représentant de la force publique, lui demanda :

- Mais enfin, pourquoi ne t'es-tu pas défendu davantage ?

- Ma très chère, répondit-il, quand on a la chance de tomber sur un agent qui ne remarque qu'un détail en oubliant l'essentiel, on se tait, on paie et on repart.

- L'essentiel, quel essentiel ?

- L'assurance

- Quelle assurance ?

- L'assurance de la voiture bien sûr.

- Elle n'est pas assurée ?

- Bien sûr que non, elle n'a pas de pare-brise, où veux-tu que je colle la vignette ?

Partager cet article

Repost 0

Amilcar CGSs

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Une Amilcar CGSs, c'était en Provence évidemment, à l'heure où les mécaniques soufflent un peu et les pilotes se désaltèrent.

CGSs, c'est pour Cyclecar Grand Sport Surbaissé. Compact et élégant, ce très bel exemplaire date de 1927. Sur cette caisse signée Duval (tôle formée sur ossature en frêne), le très radical saute-vent tôlé présenté pour le Salon de Paris de 1926 est remplacé par un plus classique pare-brise. Les deux places sont toujours décalées et on voit bien sur cette photo la large échancrure de la caisse côté pilote qui pouvait ainsi prendre ses aises pour tourner le volant dans les épingles. La mécanique est classique : bloc à soupapes latérales de 1100 cc développant un peu plus de 30 chevaux. Cette puissance est certes modeste, mais elle est largement compensée par l'agilité sans pareille que procurent un châssis très équilibré et un faible poids.

 

Amilcar CGSS Provence

 

 

 

 

Publié dans Galerie de cyclecars

Partager cet article

Repost 0

Bientôt sur vos écrans...

Publié le par lesdecoiffes.over-blog.com

Bientôt sur vos écrans... et sur les routes, Les Décoiffés vous inviteront à partager leur goût pour les balades échevelées en cyclecar, 

 

Sur les routes

 

 

 ... et en sportives plus récentes aussi, toujours tête au vent.

 

Au volant

 

 


 

Publié dans Chronique

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 11 12 13 14 15